Publié le 11 Juillet 2024

À partir du 1er juillet 2024, un nouvel arrêté modifiant les règles des diagnostics de performance énergétique (DPE) entre en vigueur, avec des implications significatives pour les logements de la Métropole du Grand Paris, en particulier ceux de moins de 40 m². Une analyse de l’Apur (Atelier Parisien d’Urbanisme) éclaire les répercussions de cette réglementation sur le parc immobilier.

L’arrêté du 25 mars 2024 redéfinit les méthodes de calcul des DPE, entraînant une modification des étiquettes pour 7 % des diagnostics réalisés au premier trimestre 2024 dans la Métropole du Grand Paris. Cependant, cette proportion grimpe à 23 % pour les logements de moins de 40 m². Cette révision réduit la part des « passoires thermiques » (logements classés F ou G) de 22 % à 20 %, soit 19 000 logements reclassés, dont près de 13 000 à Paris. La majorité de ces logements passent de la classe F ou G à E, reportant ainsi l’interdiction de mise en location à 2034 et les exonérant du gel des loyers, offrant aux propriétaires-bailleurs un sursis pour réaliser les travaux nécessaires.

Un diagnostic étendu et révélateur

À la fin du premier trimestre 2024, 906 000 logements dans la Métropole du Grand Paris avaient été diagnostiqués, représentant 25 % du parc immobilier. Les résultats montrent que 57 % des logements sont classés de A à D, tandis que 43 % sont peu performants (étiquettes E, F ou G). L’analyse révèle des profils récurrents de passoires thermiques : logements de moins de 40 m² chauffés électriquement et construits avant 1948, et logements de moins de 80 m² avec chauffage collectif au gaz construits avant 1974.

L’étude met en lumière des disparités territoriales marquées, reflétant la diversité du parc résidentiel et les périodes de construction. Ces disparités soulignent les défis spécifiques de la rénovation énergétique dans les différents territoires du Grand Paris, posant des questions sur les priorités, les outils et les aides disponibles pour encourager les travaux de rénovation.

Les nouvelles règles du DPE, effectives dès le 1er juillet 2024, apportent des modifications importantes aux diagnostics énergétiques des logements dans le Grand Paris, avec une attention particulière aux petites surfaces souvent les plus énergivores. Ces changements imposent aux propriétaires de s’adapter et de se préparer à d’éventuelles rénovations pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs biens, tout en profitant des délais supplémentaires offerts par le reclassement des étiquettes.

« Retour aux actualités
Nos services